Thèmes Marquer toutes lesDécochez toutes les nouvelles

ministras.jpg

Le Ministre des Affaires étrangères

Linas Linkevičius

L'agenda du Ministre cv Twitter
Actualités Imprimer RSS

Rappel de la situation en Crimée lors d’une réunion de l’UNESCO

Créé 2019.09.23 / Mis à jour: 2019.09.24 10:35
    Rappel de la situation en Crimée lors d’une réunion de l’UNESCO

    Le 23 septembre, a été organisée au siège de l’UNESCO à Paris une réunion d’information, où on a examiné les informations pour savoir si les principes promus par l’UNESCO sont respectés dans la République autonome ukrainienne de Crimée et la ville de Sébastopol. Lors de la réunion, la représentante permanente de la Lituanie auprès de l’UNESCO l’ambassadrice Irena Vaišvilaitė a exprimé au nom de 31 pays une préoccupation sur l’aggravation de la situation en Crimée.

    L’incident qui a eu lieu cet été a également été rappelé, lorsque la Russie a diffusé, via la session du comité du patrimoine mondial, une publication où il était affirmé de manière erronée que le patrimoine ukrainien protégé par l’UNESCO en Crimée appartenait à la Russie. « Une telle tentative de manipulation de l’information enfreint les principes de l’UNESCO », a noté la représentante de la Lituanie.

    Selon la déclaration, la dégradation de la situation, provoquée par l’agression de la Russie dans la péninsule de Crimée, est inquiétante. Une préoccupation a été exprimée concernant la liberté des médias, la sécurité des journalistes et des travailleurs des médias, et l’accès aux institutions religieuses. L’ambassadrice a également souligné le droit des Tatares, des Ukrainiens et de toutes les communautés ethniques et religieuses de Crimée à promouvoir leur langue, leur culture, leurs traditions, leur enseignement et leur identité.

    La déclaration commune appelle la Russie à remettre immédiatement en liberté tous les citoyens ukrainiens arrêtés arbitrairement ou illégalement qui sont encore emprisonnés sur en Crimée ou en Russie, pays ayant illégalement annexé cette péninsule.

    Le Conseil exécutif de l’UNESCO a décidé en 2014 d’observer la situation en Crimée occupée, cette organisation évalue donc deux fois par an les informations sur la situation dans cette partie occupée de l’Ukraine en fonction des domaines d’activité de l’UNESCO. Le secrétariat de l’organisation collecte, directement ou avec d’autres organisations qui coopèrent avec elle, des informations sur la situation en Crimée et consulte les institutions ukrainiennes.

    L’Irlande, l’Albanie, l’Allemagne, Andorre, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Géorgie, l’Islande, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Moldavie, le Monténégro, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Suède et la Turquie ont adhéré à la déclaration commune sur la situation en Crimée.

     

    Auteur de la photo : Christelle Alix.

    Recevoir la lettre d’information